Mostrando entradas con la etiqueta eñe. Mostrar todas las entradas
Mostrando entradas con la etiqueta eñe. Mostrar todas las entradas

sábado, 24 de noviembre de 2018

Fañch


https://www.lavanguardia.com/internacional/20170922/431455455957/registro-civil-francia-ene.html


El del pequeño de los Bernard, matrimonio bretón de la loca­lidad de Rosporden, no fue un parto difícil. Lo difícil está siendo el registro de la criatura: Francia no reconoce la eñe. El niño nació el 11 de mayo y se llama Fañch, con ñ, un nombre bretón. La semana pasada el tribunal de Quimper, en Bretaña, comunicó a los padres que no podían registrar al niño con ese signo. En todo caso, podía ser Fanch, pero no Fañch. Y no suena exactamente igual, por pequeña que sea la diferencia. La tilde de la eñe “no está reconocida en la lengua francesa”, sentenciaba la resolución judicial.



Je suis Fañch

Je suis Fañch


https://es.euronews.com/2018/11/21/la-justicia-decreta-que-la-n-tambien-es-parte-de-la-lengua-francesa



“Lo contrario significaría romper la voluntad de nuestro Estado de derecho de man­tener la unidad del país y la igualdad sin distinción de origen”, argumentaba la sentencia, que será recurrida y ha hecho cierto ruido, por lo menos en Bretaña. El presidente de la región, Loïg Chesnais-Girard ha dicho en un tuit que el nombre del niño escrito en bretón “no pone en peligro la unidad del país. Al contrario, dice, aceptarlo es reconocer nuestra diversidad y reconocernos colectivamente”. Los padres no están de acuerdo con el fallo y van a perseverar.
La argumentación judicial es más compleja de lo que parece a primera vista y desarrolla otros aspectos, como la obligación de utilizar el francés en los actos públicos. El hecho de que las lenguas regionales pertenezcan al patrimonio de Francia “no crea ni un derecho, ni una libertad garantizada por la Constitución”, dice. El rechazo a registrar al niño con ese nombre tampoco es “un agravio injustificado y desproporcionado al derecho de los padres a una vida privada y familiar, ni una discriminación, ya que en el ámbito privado, la familia conserva toda libertad” para llamar al niño como quiera, se justifica en el alegato. Escribir Fanch, sin la eñe, “no presenta al niño de una manera grosera o ridí­cula”, considera, “ni le creará grandes in­convenientes en la vida cotidiana y social permitiendo su identificación”. Tanto más, continúa, “cuando la diferencia entre ambas pronunciaciones es ínfima, por lo que no está establecido que ese argumento sea suficiente para justificar que se ponga un obstáculo en la búsqueda de la cohesión nacional”.

Fañch no está solo: en el País Vasco francés Alexandra Ibañez lucha por la tilde para su hijo

La cohesión nacional, la identidad ciudadana y no étnica o regional, es algo serio en Francia, donde el Estado hizo la nación y la ha gobernado razonablemente bien en los últimos siglos hasta el extremo de casi disolver y convertir en insignificantes las peculia­ridades regionales. Todo eso que ha funcionado bastante bien se está deshaciendo al ­calor de una globalización bajo guión anglosajón que no necesita de ningún Estado que discuta su imperio comercial-transnacional. Al revés, cuanto más débiles y dis­gregados sean los estados y mayores sus diversidades, peculiaridades y comunidades, tanto mejor para las multinacionales que, de todas formas, ya tienen a sus hombres en los gobiernos. ¿Qué tendrá que ver todo eso con el pequeño Fañch y su eñe?
Como explica en su último libro ( Le Nouveau pouvoir) el filósofo Régis Debray, Francia es “un país centralista que se federaliza, una nación forjada por un Estado que se desestataliza, una república unitaria que se fragmenta en etnias y comunidades”. “Vamos hacia un montaje galo-americano ( gallo-ricain) como en su día tuvimos galo-romanos”, dice. Lo de la eñe debe ser contemplado en un contexto en el que la lengua francesa –y la manera francesa de funcionar, en general– está siendo literalmente destrozada por el globish, el inglés global y las mentalidades están americanizándose a una velocidad estremecedora de la mano de las nuevas tecnologías digitales.
A Tangi Louarn, presidente de la asociación cultural bretona Kevre Breizh, estas consideraciones no le impresionan. Como todo eso que está en la corriente de los tiempos que constata Debray, el activista bretón se inscribe en “una lucha por el reconocimiento de la diversidad en Francia”, es decir, por la disolución de la Francia histórica forjada por su Estado desde un férreo unitarismo del que se desprende el principio fundamental de la igualdad de sus ciudadanos y todo el cuadro republicano de libertades civiles.
Para Louarn, entrevistado por el diario bretón Le Télégramme, el rechazo que contiene la sentencia “simboliza una intolerancia hacia una diversidad cultural de la sociedad francesa”. “Deberían ser más abiertos –dice– tanto más cuando la tilde es un signo muy antiguo en la lengua francesa”. “La república afronta peligros más peligrosos” que la eñe, ironiza Michel Loussouarn, alcalde de Rosporden, el pueblo de los Bernard, pocos kilómetros al este de Quimper.
En el registro civil de Rennes, la funcionaria Sylvie Esnault-Morin, su responsable, ve en la sentencia una aplicación de la directiva del 23 de julio del 2014 en la que se establece la lista de signos autorizados en la Administración. Ahí la tilde sobre la ene no figura.
“Puede comprenderse el razonamiento de los padres apegados a un nombre, porque es su historia, pero las reglas son las mismas para todos”, explica reflejando el mismo principio de igualdad que el rampante comunitarismo pulveriza en nombre del respeto a la diversidad, lo que algunos republicanos consideran una mera entronización de la desigualdad. “No estamos autorizados a introducir signos de ortografía de las lenguas regionales en las partidas de nacimiento, sea en Bretaña o en cualquier otro lugar”, dice la funcionaria formada en esa escuela.
El registro civil francés ha dado por buenos los nombres más estrambóticos; desde Euthanasia, hasta Merveille-de-Dieu, pasando por dos hermanos lla­mados Alpacino y Alkaponse (sic), respectivamente, según consta en el blog de la asociación de funcionarios del registro civil francés. La manga es ancha, pero la responsable del departamento de Rennes recuerda haber desestimado algunos nombres como Leo-pard (Leopardo) Chou-Fleur (colifló) o Nutella.
Respecto al niño Fañch, “tendrá su eñe; eso seguro”, afirman los padres en una declaración a la agencia Afp. Y el niño no está solo. En el País Vasco francés hay una Alexandra Ibáñez que también lucha por la eñe de su ­hijo, registrado como Ibáñez. Su protesta en Facebook ya ha sido firmada por un millar de vascos. Como sugiere Debray, la batalla de la Francia que conocimos parece irremisiblemente perdida.
//
La letra eñe es emblemática de la Lengua Española, porque es el único gran idioma internacional que la utiliza. Existe también en chapurriaugallego, guaraní y otras lenguas indígenas de América Latina y también en bretón, la lengua de origen celta de la región francesa de Bretaña.
La grafía de la letra ene con una tilde encima es francesa
Ahora esta la sentencia de septiembre de 2017 ha sido rechazada por el Tribunal de Apelación de Rennes que reconoce que "la grafía de la letra n con una tilde encima es francesa" y que "figura, en varias ocasiones en los diccionarios de la lengua francesa" citando los vocablos doña, señor, señorita o cañón. El tribunal recuerda que la eñe figura también en varios documentos oficiales de la República.

//


https://www.morbihan.com/accueil/decouvrir/art-de-vivre/lexique-breton




Dans le Morbihan, vous n’entendrez pas parler le breton à chaque coin de rue mais si vous y prêtez attention,
vous remarquerez ici ou là quelques expressions qui illustrent l’attachement
de la Bretagne à sa
langue. Panneaux routiers, façades d’école ou de mairie,
groupes de musique et restaurants, la langue bretonne se glisse dans le
quotidien… En séjour dans le
Mor-Bihan ?
Félicitations,
vous parlez déjà le breton !!
Morbihan

Expressions usuelles en breton
Demat ! bonjour ! 
Degemer mat ! Bienvenue !
Kenavo ! au revoir !
Yec’hed mat ! à la tienne, santé !
Noz vat ! Bonne nuit ! // Bona nit !
Mat an traoù ? Ca va bien ? 
Diwall ! Attention ! 
Trugarez ! Merci !
Quelques mots bretons
Amann : beurre 
An Argoat : à l’intérieur 
Arvor : littoral 
Bagad : troupe
Bara : pain 
Bihan : petit 
Binioù-bras : cornemuse 
Binioù-kozh : biniou traditionnel 
Bras : grand 
Bre : mont
Breizh : Bretagne 
Bro : pays 
Du : noir 
Enez : île 
Fest-Noz : soirée dansante (fête de nuit)
Fest-Deiz : fête de jour 
Gouren : lutte bretonne
Gwenn : blanc 
Gwin : vin 
Kastell : château 
Kêr  : ville 
Kreiz Kêr : centre-ville 
Korrigan : lutin 
Kouign-amann : gâteau au beurre 
El kouign-amann ([,kwinja'mɑ̃nː]) es una tarta típica de la ciudad de Douarnenez, en la región francesa de Bretaña. Su nombre significa en idioma bretón tarta de mantequilla y sus ingredientes básicos son harina de trigomantequilla y azúcar.
Kouign-amann : gâteau au beurre

Krampouezh : crêpes 
Lann : lande ou ajonc 
Mor-Bras : l’Océan 
Mor-Bihan : Petite Mer 
Plou : paroisse 
Sant : saint 
Ti : maison 
Ti-Kêr : mairie, hôtel de ville 
Ti an douristed : Office de tourisme 
Traou mad : bonne chose 
Tro Breizh : Tour de Bretagne 
Ya : oui / Ja en alemán, pronunsiat ya
Nann : non
Le Gwenn-ha-du
LE GWENN-HA-DU

Le drapeau breton : Gwenn-ha-du : le “ blanc et noir ” 
Ce drapeau a été dessiné au début du XXe siècle, en s’inspirant du blason de
Rennes et de la bannière étoilée des États-Unis. Les bandes du drapeau breton
représentent les 9 anciens évêchés :
  • - Les 4 bandes blanches pour la Bretagne bretonnante ou Breizh (Trégor, Léon, Cornouaille et Vannes)
  • - Les 5 bandes noires pour la Bretagne gallaise ou Bertaèyn (Dol, Nantes, Rennes, St-Malo et St-Brieuc)
  • - Les hermines (11) constituent l’héritage du duché de Bretagne.

https://es.wikipedia.org/wiki/Idioma_bret%C3%B3n
El bretón (autoglotónimo Ar Brezhoneg) es una lengua céltica insular de la rama britónica, al igual que el galés, con el cual está muy relacionada. A lo largo de su historia ha sido muy influido por el francés, en tal modo que parte del léxico proviene de esta lengua romance.
El bretón se habla esencialmente en el oeste de Bretaña, pero se está intentando recuperar o implantar en todo el territorio, tanto donde tradicionalmente se habló como donde no se habla desde hace siglos.


El bretón es la única lengua céltica actual que se ha desarrollado y ha sobrevivido fuera del ámbito de las islas británicas. Su origen está en la colonización en el siglo V de la región de Armórica, la actual Bretaña, por emigrantes britónicos del sur de Inglaterra, de las regiones de Gales y Cornualles, salidos de su tierra a raíz de las invasiones anglosajonas. Su conexión con Gran Bretaña e Irlanda se observa claramente en los nombres actuales para Bretaña, para su lengua y para sus habitantes. Otra teoría mantenía que el origen del bretón se remontaba a un reducto del idioma galo que no sucumbió a la romanización, y que se mantuvo posteriormente con el apoyo de los colonos británicos, y Zénaïde Fleuriot creía que su supervivencia se debió a que en ninguna parte del Imperio romano había existido una identificación tal entre la lengua y el espíritu de los colonos y los nativos. Esta teoría hoy en día está obsoleta. El desarrollo del bretón se puede dividir en cuatro etapas: Bretón primitivo (500-600 d. C.); en este momento surge a partir del britónico antiguo y se caracteriza por la pérdida de la sílaba final. Bretón antiguo (600-1000); aparece la diferencia dialectal entre el sureste y el noroeste. Bretón medio (1000-1600); adopta gran cantidad de préstamos del francés. Bretón moderno (1600 hasta el día de hoy); el vannetés se diferencia como dialecto aparte. Hoy en día el bretón se habla, de manera mayoritaria, en el departamento de Finistère y la parte occidental colindante de los departamentos de Côtes-d'Armor y Morbihan. Las autoridades francesas no tratan cuestiones sobre las lenguas minoritarias en sus censos, por lo que no existen datos oficiales del Estado sobre el número de hablantes de bretón. En 1987 se estimaba que contaba con más de 500 000 hablantes, la mayor parte personas de la tercera edad; solo el 50 % de las personas mayores de 35 años hablaban bretón. Hoy en día ese número ha descendido a 300 000 hablantes en el mejor de los casos y ha dejado de ser la lengua materna de las nuevas generaciones. A esto se añade la política educativa francesa en materia de lenguas minoritarias, que promueve el francés como única lengua vehicular. Sin embargo, sí se da la posibilidad de estudiar bretón como asignatura optativa, pero con la misma categoría que una lengua extranjera. Pese a esto, existen diversas publicaciones escritas y emisoras de radio en bretón. También es usado por diversos músicos bretones, especialmente de música tradicional bretona y de la denominada música celta, para sus canciones, por ejemplo el arpista Alan Stivell, de fama internacional o el grupo Dan ar Braz. Por todos estos factores, el porvenir de la lengua bretona no está asegurado para el futuro.


El bretón se divide en cuatro dialectos:
  • el vannetés (Gwenedeg)
  • el cornuallés (kerneveg) (no confundir con el idioma cornuallés), en el sudoeste
  • el leonés, en el noroeste
  • y el tregorés, en el norte
Lingüísticamente, sólo el primero de los dialectos es diferente a los otros tres, pues son denominaciones territoriales diferentes para un mismo dialecto.
Durante el mes de junio de 2010 tuvo lugar en Locarn un coloquio internacional sobre el futuro de la política lingüística en Bretaña, incluyendo el análisis de la importancia del idioma bretón en este contexto.
Como miembro de las lenguas britónicas, guarda la mayor parte de las características de éstas y tiene grandes similitudes con el galés y el córnico. Ello se puede observar en la palabra para cinco, pemp, que es pymp en córnicopump en galés, cúig en irlandés y còig en gaélico escocés. Estas dos últimas pertenecen a las lenguas celtas-Q.
Uno de estos rasgos comunes es la tipología lingüística de orden verbal verbo, sujeto y objeto, similar a las anteriores lenguas mencionadas, pero no de un modo tan rígido, ya que también se da el orden sujeto, verbo y objeto.
Los pronombres personales y posesivos son los siguientes:
Personal singularPosesivo singularPersonal pluralPosesivo plural
1ª personaMeMaNiHon
2ª personaTeDaC’hwiHo
3ª persona(masculino)
Hi (femenino)
E (masculino)
He (femenino)
IntO
Los pronombres demostrativos se dividen según la distancia relativa que denotan, en masculino hemanhennezhhenhont y en femenino houmanhounnezhhounhoni; el plural para ambos géneros es ar re-manar re-sear re-hont. El pronombre interrogativo son piv '¿quién?' y petra '¿qué?'. El relativo se representa por la partícula a.
Mediante el circunfijo ne...ket, se forma la negación.
Las palabras se forman por prefijación, sufijación y composición. Algunos ejemplos de este rasgo son los prefijo privativos di-/dis-diz- (dizaon (literalmente, 'sin temor')), los sufijos para formar nombres abstractos -ded/-der (uhelded 'nobleza', de uhel 'alto'); la composición tiene muchas combinaciones, como mont-dont 'ir y venir' o pinvidig-mor 'muy rico'.
Señales en Quimper
Señales en Quimper
Los números del 1 al 10 son los siguientes: unandaoutripevarpempc'hwec'hseizheizhnavdek; otros números son unnek (11), daouzek (12) , ugent (20), unan warn-ugent (21), tregont (30), daou-ugent (40), hanter-kant (50), tri-ugent (60) y kant (100).
Posee un artículo un/ur/ul único en las lenguas celtas; de igual modo, el artículo definido tiene tres formas, an/ar/al. Hay dos géneros, masculino y femenino. El plural se crea mediante varias terminaciones, como -ed (loen 'animal', plural loened), -ez (ti 'casa', plural tiez), o -(i)où, plural para seres inanimados (tra 'cosa', plural traoù), aunque en este último caso hay una excepción, tadoù 'padres', mammoù 'madres'. La terminación -enn se usa en plurales colectivos para formar el singular (ar gwez '(los) árboles', gwezenn 'un árbol').
El bretón posee tres personas, singular, plural y una forma impersonal.
Verbalmente, la voz activa tiene tres modos, condicional , imperativo e indicativo, teniendo este último modo pasado, no pasado y futuro, distinguiendo entre aspectos perfectos, habituales, puntuales y continuos.
La tabla siguiente permite comparar las similaridades lingüísticas entre el bretón y el córnico, el galó y el francés. Se pueden notar similitudes de construcción entre el bretón y el galó: por ejemplo, las expresiones para la «ardilla», kazh-koad y chat-de-boéz, que significan «gato de bosque» en ambos idiomas.
CélticoRománico
CórnicoBretónGalóFrancésEspañolChapurriau
gwenenenngwenanennavèttabeilleabejaabella
kadorkadorchaérrchaisesillacadira
keuskeuz, formajfórmaijfromagequesoformache
yn meser-maezdesortdehorsfuerafora (a fora)
koedhakouezhañcheirtombercaercaure
gavergavrbiqchèvrecabracabra, choto
chytiostèumaisoncasacasa
gweusgweuzliplèvrelabiolabio
ganowgenoùgóllgueulegargantagola
niverniverlimerotnombrenúmeronúmero
perennperennpeirrpoireperapera
skolskolescollécoleescuelaescola
gwiwergwiñver,
kazh-koad
chat-de-boézécureuilardillaesquirol (squirrel en inglés)
sterennster(ed)ennesteillétoileestrellaestel
megybutuniñbetunaefumerfumarfumá
hedhywhizivanoetaujourd'huihoyavui (hui en valensiá)
whybanac'hwibanatsublaesifflersilbarchulá (chuflar en aragonés)
San Juan V 1-8
1. Er gommansamant e oa ar Ger, hag ar Ger a oa gant Doue, hag ar Ger a oa Doue.
2. He-ma a oa er gommansamant gant Doue.
3. An holl draoù a zo bet graet drezañ, hag hepzañ n'eo bet graet netra hag a zo bet graet.
4. Ennañ e oa ar vuez, hag ar vuez a oa gouloù an dud.
5. Hag ar gouloù a sklera en devalien, hag an devalien n'e deus ket e resevet.
6. Bez' e oe un den kaset gant Doue, hañvet Ian.
7. He-ma a zeuaz da desteni, evit rei testeni diwar-benn ar gouloù, evit ma kredje an holl drezañ.
8. Ne ket hen a oa ar gouloù, mes kaed e oa evit rei testeni diwar-benn ar gouloù.

Existen dos sistemas para la ortografía del bretón, lo que genera grandes polémicas pese a los esfuerzos por unificarlos; uno es el Zedacheg; el otro, la Ortografía Universitaria.

  1.  Año 2007: Menos de 200.000 personas hablan bretón. (En francés)
  2. Volver arriba Site du Conseil régional de Bretagne.
  3. Volver arriba «Quelle politique linguistique pour la Bretagne du XXIe siècle ? Colloque international à Locarn» (en francés). Agence Bretagne Presse. 4 de junio de 2010. Archivado desde el original  
  4. Volver arriba «Livret du Colloque international à l'Institut de Locarn. 12 et 13 juin 2010.» (en francés y bretón). 4 de junio de 2010. Archivado desde el original 
COLLOQUE INTERNATIONAL Quelle politique linguistique pour la Bretagne du 21e siècle ? Peseurt politikerezh yezh evit Breizh ar 21añ kantved ?

Dihun Breizh en quelques mots : • DIHUN est une association de parents d’élève qui a été créée en 1990. Son but est de développer l’enseignement du et en breton, de créer des filières bilingues et d’assurer un soutien pédagogique et promotionnel permanent à celles-ci. • DIHUN est l’expression de la volonté déterminée de parents d’élèves convaincus des bienfaits du bilinguisme et du plurilinguisme dès la petite enfance. • DIHUN a pour objectif le bilinguisme par les deux langues de proximité, le breton et le français, complété par l’introduction d’une troisième langue, l’anglais dans le cadre du PMB (Plan Multilingue Breton). • C’est sous l’enseigne des écoles catholiques que DIHUN agit. C’est donc dans cette structure que se développe l’action de DIHUN en faveur de petits chanceux scolarisés selon ses principes. • DIHUN est à l’origine de l’ouverture de la majorité des filières bilingues dans l’enseignement catholique. Elles sont maintenant 62 écoles réparties dans les cinq départements bretons. • le Programme Multilingue Breton mis en place par Dihun Breizh dans les écoles catholiques a reçu le « label européen des langues » en 2008. • 23 élèves de CM2 bilingue de l’école St Gwenn de Vannes ont passé le test de Cambridge en anglais. 23 ont obtenu le niveau A2 en expression orale soit le niveau requis par l’Education Nationale… en classe de troisième.

Le Programme Multilingue Breton reçoit le Label Européen des Langues

Bretagne Prospective est un Think Tank (Laboratoire d’idées) consacré aux enjeux du développement local et régional en Bretagne. Il mène une activité de production d’idées nouvelles, de réalisation d’études et d’élaboration de projets. Créée en 2000 dans l’esprit du CELIB (Comité d’Etudes et de Liaisons des Intérêts Bretons), Bretagne Prospective souhaite offrir un espace de réflexion et de proposition politiquement neutre. Face au fonctionnement souvent étanche de la société, elle se veut une structure souple, capable de constituer un carrefour entre les acteurs du monde politique, économique, de la société civile et de la recherche universitaire. Le croisement des connaissances, compétences et savoir-faire, en lien avec les enjeux territoriaux, doit permettre d’investir des thèmes de réflexion novateurs, pour favoriser un développement adapté de la Bretagne. Les propositions élaborées (idées ou projets) ont vocation à être réinvesties par les acteurs ou par les politiques publiques. Par ses réflexions et actions, Bretagne Prospective entend ainsi contribuer à faire de la Bretagne un lieu singulier où l’on peut développer des manières d’agir, des projets et des produits que l’on ne trouve pas ailleurs. Bretagne Prospective développe des réflexions et actions selon quatre grands axes : - L’identité des territoires, vecteur de développement : loin d’être figées, l’ensemble des spécificités (culturelles, sociales, économiques) de la Bretagne doivent être envisagées comme des leviers d’action et de création pour un développement durable adapté à la singularité d’un pays. - Inventer de nouvelles manières de coopérer : face à l’importance du lien social et de la cohésion pour les territoires, les possibilités ouvertes par les TIC, laissent entrevoir des champs de coopération et de mutualisation inédits et des nouveaux modèles économiques, sociaux et culturels qu’il s’agit de saisir sans tarder. - Une économie productive pour un développement durable : Face au vieillissement de la population et au mirage d’une économie reposant essentiellement sur l’accueil de nouveaux résidents, comment envisager une diversification économique fondée sur la création de nouvelles activités industrielles et des services à forte valeur ajoutée. - Affirmer le positionnement international de la Bretagne : dans une économie de plus en plus internationalisée, la Bretagne doit redécouvrir la « culture de l’international » qui fit sa prospérité. Elle doit aussi conforter ses connexions aux centres de décisions, ses réseaux d’information, mais aussi une image de marque spécifique et originale. Ces réflexions s’inscrivent dans la perspective d’une véritable régionalisation, capable de conjuguer démocratie et solidarité, capacité d’action et autonomie régionales.

Ur grouidigezh dibar evit respont d’an ezhomm zo da sevel ur rannvro greñv. N’eus ket tu da zisrannañ Europa diouzh gousezadelezh. N’eo ket bet savet Ensavadur Lokarn dre zegouezh. Krouet eo bet peogwir eo bet santet an ezhomm d’en ober evit talañ ouzh skodoù bras ar mare nevez. Ar bed nevez a dalv unaniñ Europa, dreist-holl. Reizhet eo bet, kreizennadur ar galloud en Europa gant emglev Maastricht pa’z eo bet ouzhpennet pennaenn ar c’housezadelezh ennañ : kement tra n’eo ket dileuriet d’an Europa gant ar Stadoù a chom dindan atebegezh ar re-se. Ar pennaenn se zo da lakaat da dalvezout en darempredoù etre Frañs hag he Rannvroioù. Ne ranker kas d’al live broadel nemet ar pezh n’haller ket ober gwelloc’h el live rannvroel. Ma seveler galloudoù zo er live europat, e tachennadoù bras zo, e ranker kas war-raok ur politikerezh digreizennañ hag ur politikerezh tostaat d’el live rannvroel. E Frañs, ur vro kreizennet tre , ez eo diazezet labour an Ensavadur war ur gwir difrae digreizennañ. Krouet eo bet Ensavadur Lokarn, da lakaat buhañoc’h en ar sonjou, eo ret mont war an hent-se, broudañ ar re a ra war-dro an diorren armerzhel da vont war-raok kentoc’h eget chom gant ur strategiezh dreistvevañ. Youl en deus Ensavadur Lokarn da gemer perzh e diorren doareadel ha kementadel Breizh hag evel-se reiñ tro d’an dud o deus c’hoant, da labourat e Breizh-Arvorig. Ensavadur Lokarn zo ul lec’h prederiañ ma teuer da glask kompren gwelloc’h ar bed kemplezh ma vevomp, evit diguzhat kement tra a c’hallfe bezañ a bouez en amzer da zont, evit degas sklêrijenn war ar cheñchamantoù a c’hallfe dont hag evit azasaat ar strategiezhioù. Ar pal eo en em zigeriñ war an diavaez, mont da lec’h all gant ar c’hoant pinvidikaat hon anaoudegezhioù, sellet pizh ouzh ar pezh a vez graet e rannvroioù kreñvañ ar bed evit reiñ c’hoant d’an obererien armerzhel da stagañ gant al labour evit diorren Breizh-Arvorig.

L’Union européenne a pour principe fondateur la diversité: diversité des cultures, des coutumes, des opinions, mais aussi des langues, ce qui est naturel sur un continent où tant de langues sont parlées. Les langues officielles des pays de l’UE appartiennent à trois familles de langues : indo-européenne, finnoougrienne et sémitique, ce qui est relativement faible par rapport à d’autres continents. L’attention sans précédent que suscite aujourd’hui la diversité linguistique s’explique par la multiplication des contacts entre les peuples. Les citoyens sont de plus en plus amenés à devoir parler une autre langue que la leur, que ce soit dans le cadre d’un échange d’étudiants, d’une installation dans un autre pays ou de relations professionnelles, sur fond d’intégration croissante du marché européen et de mondialisation. La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, adoptée en 2000, proclame à l’article 22 que l’Union respecte la diversité linguistique et interdit, à l’article 21, toute discrimination fondée sur la langue. Le respect de la diversité linguistique est une valeur essentielle de l’Union, au même titre que le respect de la personne, l’ouverture aux autres cultures et la tolérance. Ce principe vaut non seulement pour les 23 langues officielles de l’Union, mais aussi pour les nombreuses langues régionales et minoritaires qui sont parlées aux quatre coins de l’Europe. C’est cette diversité qui fait de l’Union ce qu’elle est: non pas un creuset où se fondent les différences, mais un lieu où le mot diversité est synonyme de richesse. 

Une politique linguistique pour la Bretagne ne se limite pas aux seules langues bretonnes (breton et gallo). Nous pensons que nos enfants devraient avoir accès à une politique linguistique axée sur elles, mais prenant aussi en compte la langue de l’État (le français), la langue internationale (l’anglais) suivant les principes de l’enseignement précoce et de l’immersion linguistique puis une 4e langue au collège. Le PMB a pour objectif de développer un projet d’enseignement intégré des langues de la maternelle au lycée suivant le principe proposé par Itziar Elorza : « Toutes ces langues ne se développent pas de façon parallèle, indépendamment les unes des autres, mais de façon intégrée. Il existe une capacité linguistique générale qui gère la comparaison et le contraste entre les langues et l’interaction permanente entre elles pour la construction de la compétence multilingue intégrée.»

Xabier Garagorri Yarza est né à Andoain (Gipuzkoa-Pays basque). Licence de Philosophie à l’Université catholique de Paris, diplôme de psychologie et maîtrise en sciences de l’éducation à l’université de Paris X-Nanterre. Licence en psychologie de l’université de Barcelone. Il a obtenu son doctorat à la faculté de philosophie et de sciences de l’éducation de l’université publique du Pays basque/Euskal Herriio Unibertsitatea. Il a travaillé à Paris au centre culturel d’émigrants Saint-Honoré et en Catalogne comme professeur et psychologue dans l’enseignement secondaire. Il a occupé le poste de directeur au sein de l’Ikastola Kurutziaga de Durango. Depuis 1980, il travaille et collabore avec la Fédération des Ikastolas de Gipuzkoa et la confédération des Ikastolas du Pays basque à la création-direction de manuels scolaires et d’autres matériels pour l’enseignement, la formation du corps enseignant, à des projets d’innovation et de recherche sur le plurilinguisme et sur le curriculum, et de manière générale comme conseiller pédagogique. Depuis 1983, il est professeur du département de didactique et d’organisation scolaire de l’Université publique basque à la faculté de philosophie et sciences de l’éducation. Il a collaboré comme directeur et participant à plusieurs recherches financées par différents organismes et surtout par l’Union européenne (Programme Socrates Lingua D). Il a été directeur pédagogique (1980-1988) de l’ensemble des manuels scolaires pour l’école maternelle et l’école primaire. Il a été le responsable du projet du plurilinguisme (1991-2004) et du projet du Curriculum basque depuis 1996. Il a publié plusieurs livres et articles sur le thème de l’éducation. Il a été fondateur du Forum européen des administrateurs de l’Éducation en Espagne et au Pays basque. Président du Forum au Pays basque et du Forum espagnol. Membre du comité directeur du Forum européen des administrateurs de l’Éducation. Président du conseil éditorial de la revue « Administration et gestion éducative » du Forum. Il a collaboré comme expert à l’élaboration des curricula de l’Éducation de base (6-16 ans) et du Baccalauréat (16-18 ans) du gouvernement basque. Actuellement il est engagé comme expert de l’UNESCO dans le programme d’appui de l’Unesco à la réforme du système éducatif en Algérie pour le renforcement des capacités nationales en évaluation des programmes et des manuels scolaires.

Itziar Elorza Née à Saint-Sébastien en 1960, diplômée en Philologie Basque par l’Université de Deusto et spécialisée en didactique du langage à la Faculté de Psychologie et de Pédagogie de l’Université de Genève. Sa trajectoire professionnelle est liée à la Fédération des Ikastolas (écoles basques) : tout d’abord, elle exerce comme coordinatrice pédagogique de la Fédération des Ikastolas d’Alava, puis à partir de 1991, comme responsable du Département Langage de la Fédération des Ikastolas de Guipúzcoa. Sa tâche principale vise à coordonner et à développer le projet « Eleanitz ». L’objectif de ce projet consiste à développer un programme intégré des langues qui sont enseignées dans les Ikastolas : le basque comme langue principale, l’espagnol comme deuxième langue, l’anglais comme troisième langue (enseignement précoce) et le français comme quatrième langue. En suivant la même approche théorique et méthodologique, les quatre langues sont travaillées de façon complémentaire. Itziar Elorza coordonne les programmes destinés à différentes étapes de l’enseignement obligatoire et développés pour ces langues, et elle dirige et participe à la création des manuels qui s’ensuivent. Elle a écrit plus de 25 manuels scolaires pour les quatre langues ainsi que de nombreux articles, réalisés de façon individuelle ou collective. Dans le cadre de ces projets, elle participe à la formation du corps enseignant, ainsi qu’à la conception et au suivi de l’évaluation des résultats des élèves. En outre, elle a réalisé maintes formations et conférences de présentation du projet à l’occasion de forums publics et de journées organisées non seulement en Euskal Herria – Pays Basque mais aussi dans d’autres pays d’Europe. En réponse à la demande du gouvernement du Honduras, elle a participé à la conception du Curriculum de Base pour le pays, en tant que responsable du groupe chargé de la création du programme d’anglais. Elle a aussi été responsable du groupe chargé du curriculum intégré de langues pour le Curriculum basque. Depuis 2008, elle dirige, le Projet Linguistique des Ikastolas, un cadre global pour la planification intégrée des langues à l’école, qui conjugue les aspects relatifs au processus d’enseignement – apprentissage des langues et ceux relatifs à leur usage dans les différents domaines de communication dans l’environnement scolaire, spécialement en ce qui concerne la langue minorisée.

Gilbert Dalgalian Successivement instituteur à Paris, enseignant de français langue étrangère à Calcutta et Berlin, professeur d’allemand et chercheur didactique des langues à Zurich, docteur en linguistique (université de Nancy III), formateur d’enseignants au Sénégal, en Côte d’Ivoire (UNESCO)° et à Munich, puis de plus en plus actif dans les domaines de l’ingénérie éducative et des apprentissages précoces de langues, Gilbert Dalgalian fut entre deux postes à l’étranger, Directeur Pédagogique de l’Alliance Française de 1983 à 1988. Il participe au comité de rédaction de la revue « Education et sociétés plurilingues ». Son parcours, à tous points de vue diversifié, conduit Gilbert Dalgalian non seulement à remettre en question les conditions actuelles de l’enseignement des langues mais aussi à prôner l’ouverture tous azimuts de l’école sur le milieu, sur les technologies nouvelles, sur l’action et le développement, sur tout ce qui est utile, fait plaisir et donne du sens à l’éducation. Il se consacre depuis plusieurs années à l’étude des différentes filières bilingues dans toute la France. Il a réalisé en 2006 une évaluation de l’enseignement dispensé dans le cadre du Programme Multilingue Breton. Il a déjà publié plusieurs ouvrages sur l’enseignement des langues, notamment Pour un nouvel enseignement des langues (Nathan, 1981) et Enfances plurilingues, témoignage pour une éducation plurilingue (L’Harmattan, 2000) et Reconstruire l’éducation (Editions du temps, 2007).

Henriette Walter est professeur honoraire de linguistique fonctionnelle à l’université de Haute-Bretagne, présidente de la Société internationale de linguistique et membre du Conseil Supérieur de la langue française. Elle a notamment publié aux éditions Robert Laffont, Le français dans tous les sens (Grand Prix de l’Académie française 1988), L’aventure des langues en Occident (Grand Prix des Lectrices de Elle 1994), L’aventure des mots français venus d’ailleurs, Honni soit qui mal y pense, et en 2005, avec Bassam Baraké, en coédition Robert Laffont/éditions du temps, Arabesques : l’aventure de la langue arabe en Occident. Aventures et mésaventures des langues de France, Éditions du Temps, 2008. «Il y a un peu plus de deux cents ans, en 1774, l’abbé Grégoire prononçait son discours sur l’abolition des patois. Un siècle plus tard, les dialectologues Jules Gilliéron et l’abbé Rousselot annonçaient la destruction « imminente » de ces langues. Et pourtant, contre vents et marées, quelques-unes d’entre elles ont réussi à survivre, mais dans des conditions souvent précaires. Un coup d’œil rétrospectif sur l’histoire des langues qui ont fait la France permet de constater que si certaines d’entre elles connaissent encore une vitalité appréciable, elles sont néanmoins, chacune à leur manière, un trésor en péril. Une question se pose maintenant de façon pressante : faut-il les abandonner à leur destin, ou plutôt tenter de sauver des parcelles de cette autre vision du monde que peut offrir chaque langue, qu’elle soit minoritaire ou de grande diffusion ? La preuve est aujourd’hui faite que le bilinguisme précoce est une chance pour l’enfant et qu’il facilite ensuite l’apprentissage d’une troisième, voire d’une quatrième langue. L’avantage de commencer par une des langues régionales qui l’entourent, c’est justement qu’elle lui est très proche, physiquement et affectivement (c’est souvent la langue des grands-parents) et qu’elle peut l’aider à mieux comprendre sa propre identité et paradoxalement à mieux connaître la langue française. Lorsqu’il sera habitué à la gymnastique intellectuelle qui consiste à passer tout naturellement d’une langue à l’autre, l’enfant bilingue aura acquis suffisamment d’assurance et de confiance en lui pour pouvoir sans complexe et sans appréhension se lancer avec curiosité – et peut être avec plaisir – dans l’apprentissage indispensable d’une langue de grande diffusion.» Henriette Walter Josep Maria Artigal - 1969-1977 : Professeur à l’école maternelle, première langue - 1978-1982 : Professeur de catalan, deuxième langue, à l’école maternelle - 1983-1985 : Collaborateur de Servei d’Ensenyament del Català, Departament d’Ensenyament. Generalitat de Catalunya. - 1986-2010 : Formateur en diverses expériences d’introduction précoce des langues étrangères (deuxième et troisième) en Finlande, Italie, Allemagne, Autriche, Estonie, Roumanie, Bretagne et Occitanie (France), Andalousie, Canarias, Castilla y León, Communauté Autonome Basque et Navarre, Galice, Mallorca, Madrid, Valencia et Catalogne (Espagne). Créateur et éditeur des matériaux didactiques : Ready for a story!, Peggy, Diary et Munchy. Publications - Artigal, J.M. et al. (1984). Com fer descobrir una nove llengua. Vic : EUMO - Artigal, J.M. (1991). The Catalan Immersion Program : an European point of view. Norwood, new Jersey. USA: ABLEX. - Artigal, J.M. (1992). Some considerations on why a new language is acquired by being used. International Journal for Applied Linguistics, Vol. 2, N°2, 1992. pp. 221-240. - Artigal, J.M. (1993). Catalan and Basque immersion programmes. In Baetens Beardsmore, H. (ed) European Models of Bilingual Education. Clevedon-Philadelphia : Multilingual Matters. pp. 30-53 - Artigal, J.M. (1994), The L2 kindergarten teacher as a territory maker. Georgetown University Round Table on Languages and Linguisitics 1993. Washington, DC.: Georgetown University Press. pp: 452-468. - Artigal, J.M. (1966). Introducción del ingles –segunda o tercera lengua– en la educación infantil. Centro de desarrollo curricular. Ministerio de Educación y Ciencia. Madrid. pp. 71-82 - Artigal, J.M. (1999). La construcción de actividades significativas en L3 en la etapa infantil. Infancia y aprendizaje. Barcelona. pp. 27-39 - Artigal, J.M. (2005). El text narratiu dialogat. Una manera de construir l’aprenentatge de la llengua estrangera a l’educació infantil. Centre de recursos de llengües estrangeres, Departament d’Educació. Generalitat de Catalunya. Barcelona. www.xtec.es/crie. - Artigal, J.M. (2008). La narració dialogada : una manera d’explicar contes a alumnes d’educació infantil i primer de primària que no tenen el català com a llengua familiar. Barcelona : J.M. Artigal Editor / SIUL. Departament d’Educació . Generalitat de Catalunya. - Artigal, J.M. (2009). Explicar contes ensenya llengua a qui els explica. Barcenona : J.M. Artigal Editor. Jean Ollivro Extrait de l’interview de Jean Ollivro réalisée par Ronan le Flécher parue dans l’hebdomadaire en langue bretonne Ya ! le 26 mars 2010 : « Un emgav gant Jean Ollivro » Jean Ollivro : «Ya d’ur raktress breizhat ha breizhek ! » « Une Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde ». Ouzhpenn ul lugan eo ger-stur ar preder bet maget gant an douaroniour Jean Ollivro en e oberenn diwezhañ, « Projet Bretagne » (emb. Apogée). Dielfennadennoù, palioù ha strategiezhoù a vez kinniget gant prézidant Bretagne Prospective evit reiñ ur framm solutoc’h da Vreizh. Gwellwelour eo da vat. Displegañ a ra da Ya ! Peseurt danvez zo da lenn en e levr nevez deuet er-maez, e-kreiz koulzad kabaliñ en dilennadeg rennvro. Petra a ra deoc’h soñjal « emañ Breizh o kregiñ gant ur prantad nevez a-fed diorren ekonomiezh hag he fobl” ? Gant enkadenn an ekonomiezh hag e cheñchamentoù bras e c’hoarvez en hor c’hevredigezh eo dleet deomp en em dennañ ha klask rein un dazont d’hor bro. Mennet eo an dud da vont war-raok. Hogen ouzhpenn bed ar bolitikourion hag ar Stad, bec’h warni gant he dle divent, a rank kregiñ e-barzh. Dave eo ijinañ un doare nevez da aozañ ar gevredigezh e Breizh. Kreñv eo ar spered a genskoazell amañ, gant ar c’hevelourioù hag ar frammoù kengret. Kreñvoc’h eget e takadoù ali Bro-Frañs eo bet ar c’hevredigezhioù ivez, ha teir gwech muioc’h a dud en em ouestl e oberennoù a youl vat. Perzhioù a-feson zo gant Breiziz evit mont war-raok asambles enta. Ar vretoned n’int ket mibien o bro ken, d’ho soñj. N’hec’h anavezont ket mat. Sed amañ ur wir gudenn keta ? Ur gudenn veur, ya. Bezañ Breizhad. Mat-tre. Hogen poent eo mont pelloc’h iziv-an-deiz a-benn krouiñ ur gumuniezh a dud atebek war o ziriad ha d’e blanedenn. N’eus ket anv da sevel traoù hep anavezout dre ar munud al lec’h ma vever. Pet sevenadurezh zo aet da get peogwir ne glote ket he doare-bevañ gant he ziriad ken ? Sevel raktresoù diouzh pep rannvro, sed ‘aze an dac’h d’an deiz a –hiziv. Meur a framm ekonomikel o deus hor c’haset war hentoù-dall. Poent eo sevel goulennoù a-zere enta. Petra a fell deomp sevel e Breizh a-benn hanter-kant vloaz amañ ? Peseurt endro, peseurt aodoù, peseurt diorren er c’hêrioù ? Jean Ollivro est un géographe français né en 1962 à Guingamp. Il est professeur à l’Université de Rennes II et enseigne également à l’Institut d’études politiques de Rennes. Spécialiste de l’aménagement du territoire et du développement régional, il est partisan d’une région Bretagne réunifiée. Les transports, la vitesse et la Bretagne sont ses principaux thèmes de recherche. Dans le cadre d’une géographie sociale des transports, il a introduit le concept de « classe mobile », qui permet d’envisager les ségrégations sociales liées aux possibilités d’accès aux moyens de transports: la mobilité est choisie pour certains, subie pour d’autres. Jean Ollivro est également président de l’association Bretagne Prospective, et a été décoré de l’Ordre de l’Hermine en 2005. Bibliographie - L’homme à toutes vitesses De la lenteur homogène à la rapidité différenciée. Sodis, 2000 - Bretagne 2000. Presses universitaires de Rennes. 2000 - La Bretagne au cœur du monde nouveau. Les portes du large, 2001 (avec la coll. de Joseph Martray) - La Bretagne réunifiée, une véritable région européenne ouverte sur le monde. Les portes du large, 2001 (avec la coll. de Joseph Martray) - Les paradoxes de la Bretagne. Éditions Apogée, 2005 - 150 ans d’évolution démographique. Sodis, 2005 - Quand la vitesse change le monde. Éditions Apogée, 2006 - La machine France. Le centralisme ou la démocratie ? Éditions du Temps, 2006 - Le livre blanc de la Bretagne. Éditions du Temps, 2008 (participation) - Projet Bretagne. Éditions Apogée, 2010 Le galo ét le seu parlement d’oïl, pâssë le françaez, a yétr ensegnë en France. Ni-a moueyen de sieudr une option galo den les colèjes e licées (ao brevet des coléjes e ao baccalaoréat) e a la haote école depés les années 1980. Pâsmeins, c’ét un parlement pâs ghére reqenu péqe c’ét etou le seu parlement a yétr sorti de la listée des langues réjionales du Ministére de l’Education nationale. En pus de ça, diq’a l’anée passée n-i-avaet pouint de formézon de métier e c’ét core pouint d’amain d’ouvri de nouviaos postes e de terouer de nouviaos ensegnous. Den les petites ecoles, pâssë un poste dever Maore, n-i-avaet ren en tout. N-i-a cinq années de ça, Dihun Breizh se mit den la téte d’ensegner e d’ebluser le galo den les petites ecoles, de gaijer un animou e un formou e de runjer la maniere de redoner la langue-la. Depés 2005, des ébluseries e des projets su un trimestr ou su l’anée ont të menës par Dihun den 67 petites écoles des tout petits diq’ao CM2. Vitement, j’ons du runjë la maniere d’ensegner. N-i-avaet pâs aoqhune metode ecrite ou banie pour aoqhune cllasse. A l’ocâzion d’un projet espérimentale en cllâsse su cinq ans a l’ecole Notr Dame de St Sran (56) chomë o les ensegnous, Dihun e l’Inspession Academiqe, la métode Artigal fut empllayée sé les touts petits e sé les pus grand, nen tournit une aotr métode (Bristao e Nanette) e nen travâillit pus fort su des témes. La métode Artigal ét une métode d’anglléz, o fut tournée, empllayée e banie en galo. Sont sis istouéres qe les garsâilles content sans apouyettes (imaijes, livr...) pour qemencer. Den le bout, les qeniaos devent conter (e vivr) les istoueres tout seus o leu monde. La maniere-la de redoner la langue rentr den le « Plan Multilingue Breton ». Il met les garsâilles den leu contexe qhulturel en apernant le galo e s’inscrit den un ensegnement qi les aparent a aprendr d’aotr langues pus tard ou en méme temp. 

LE GALO ES ECOLES

Le galo ét le seu parlement d’oïl, pâssë le françaez, a yétr ensegnë en France. Ni-a moueyen de sieudr une option galo den les colèjes e licées (ao brevet des coléjes e ao baccalaoréat) e a la haote école depés les années 1980. Pâsmeins, c’ét un parlement pâs ghére reqenu péqe c’ét etou le seu parlement a yétr sorti de la listée des langues réjionales du Ministére de l’Education nationale. En pus de ça, diq’a l’anée passée n-i-avaet pouint de formézon de métier e c’ét core pouint d’amain d’ouvri de nouviaos postes e de terouer de nouviaos ensegnous. Den les petites ecoles, pâssë un poste dever Maore, n-i-avaet ren en tout. N-i-a cinq années de ça, Dihun Breizh se mit den la téte d’ensegner e d’ebluser le galo den les petites ecoles, de gaijer un animou e un formou e de runjer la maniere de redoner la langue-la. Depés 2005, des ébluseries e des projets su un trimestr ou su l’anée ont të menës par Dihun den 67 petites écoles des tout petits diq’ao CM2. Vitement, j’ons du runjë la maniere d’ensegner. N-i-avaet pâs aoqhune metode ecrite ou banie pour aoqhune cllasse. A l’ocâzion d’un projet espérimentale en cllâsse su cinq ans a l’ecole Notr Dame de St Sran (56) chomë o les ensegnous, Dihun e l’Inspession Academiqe, la métode Artigal fut empllayée sé les touts petits e sé les pus grand, nen tournit une aotr métode (Bristao e Nanette) e nen travâillit pus fort su des témes. La métode Artigal ét une métode d’anglléz, o fut tournée, empllayée e banie en galo. Sont sis istouéres qe les garsâilles content sans apouyettes (imaijes, livr...) pour qemencer. Den le bout, les qeniaos devent conter (e vivr) les istoueres tout seus o leu monde. La maniere-la de redoner la langue rentr den le « Plan Multilingue Breton ». Il met les garsâilles den leu contexe qhulturel en apernant le galo e s’inscrit den un ensegnement qi les aparent a aprendr d’aotr langues pus tard ou en méme temp.